Cette semaine, dans Regardez voir, Éric Karsenty donne un aperçu du dernier numéro du magazine Fisheye. Ensuite, focus sur la 3ème édition d’Usimages à Creil Sud Oise.

Dans son nouveau numéro mai-juin 2019, le magazine Fisheye propose un dossier sur le noir et blanc. Le rédacteur en chef du magazine, Éric Karsenty, explique les motivations derrière cette mise au point sur le noir et blanc : « on a souvent pensé que ce sont des images d’archives, nostalgiques et argentiques, et finalement, pas du tout. Le noir et blanc est aussi un terrain d’investigation pour la création contemporaine. » Dans le magazine, Vanessa Winship dévoile son travail qui lui a valu le prestigieux prix Henri Cartier-Besson en 2011.

En parallèle du dossier, les images d’une vingtaine de photographes contemporains sont aussi révélées. Parmi eux, l’allemand Frank Kunert, photographe de studio, fait part de sa série Lifestyle sortie d’un univers surréaliste et perché. À l’occasion des trente ans du mur de Berlin, Fisheye révèle les œuvres de quatre photographes femmes venant de Saint Petersbourg. Une redécouverte du 8e art.

© Gabrielle Duplantier

© Frank Kunert

Photographie, médium d’échange et de discussion

Au sein de l’agglomération Creil Sud Oise, Usimages, la biennale de la photographie industrielle, lance sa 3ème édition. Cette manifestation est dirigée par Fred Boucher qui est aussi directeur photographique de DIAPHANE, pôle photographique des Hauts-de-France. Une des expositions met en lumière les œuvres d’André Kertesz. En 1944, ce photographe historique réalise deux reportages sur les corporations américaines Firestone et Viscose. Des photographes contemporains complètent cet aperçu industriel.  Parmi eux, Thierry Girard, Richard Kalvar et John Vink.

L’objectif de cette biennale ? S’interroger non seulement sur la possibilité de photographier l’entreprise, mais aussi sur le besoin pour l’entreprise d’être photographié. Pour répondre à ces questions, Fred Boucher a trouvé des sociétés dans le territoire qui ont accepté d’offrir une carte blanche à de jeunes photographes. Ainsi, ce projet permet de proposer la photographie en tant que « médium d’échange et de discussion au sein de l’entreprise », explique-t-il. Un nouveau regard sur le monde du travail.

© André Kertesz

© Thierry Girard

© John Vink