Cette semaine, Brigitte Patient revient sur la sortie du numéro 34 de Fisheye. Et rencontre Marie Docher, fondatrice du collectif La Part des Femmes.

Le dernier numéro de Fisheye est en kiosque. Au micro de Regardez voir, Éric Karsenty, rédacteur en chef du magazine, revient sur la couverture du numéro. On y voit une femme, débout sur un sol aux motifs géométriques, surréalistes. « Michelle Cho et June Kim, les deux photographes, sont inspirées par l’architecture, la littérature et le cinéma », commente Éric Karsenty. Des thèmes également abordés dans le dossier de ce numéro, consacré à la littérature et la photographie. Parmi les différents artistes, on trouve Patrick Bard, Amaury da Cunha, ou encore Franck Courtès, des photographes-écrivains à l’approche unique.

Dans ce nouveau numéro de Fisheye, lumière également sur Camille Gharbi, lauréate du prix Fidal Youth Photography. Dans ses Preuves d’amour, elle représente des objets du quotidien – une casserole, un cutter, une enceinte ou encore un coussin – ayant servi aux meurtres de femmes par leurs conjoints. Un projet poignant à découvrir dans Fisheye #34.

© Patrick Bard

© Franck Courtès

© Amaury da Cunha

© Michelle Cho & June Kim

© Camille Gharbi

Un long chemin à parcourir

Rencontre ensuite avec la photographe et réalisatrice Marie Docher, qui a lancé le collectif La Part des Femmes en 2017. Ensemble, les membres du collectif luttent contre l’invisibilité des femmes photographes. « L’histoire de la photographie est toujours écrite par des hommes, déclare Marie Docher. Elle est très problématique, puisqu’elle laisse croire que le photographe est un homme occidental. »

En France, 60 % des diplômés d’écoles d’art sont des femmes, mais elles représentent seulement 20 % des artistes exposés. À l’échelle mondiale, seuls 10 % des prix du monde de l’art leur sont décernés. Un parcours semé d’embûches. « La photographie n’échappe pas à la société. Or, nous sommes en France dans une société encore imprégnée de sexisme », commente la fondatrice du collectif. Si La Part des Femmes a déjà adressé une lettre au directeur des Rencontres d’Arles, Sam Stourdzé, pour lui demander d’inclure davantage de femmes dans sa programmation, il reste encore un long chemin un parcourir.

© à g. Marie Docher, à d. Marie Docher par Erika Gentry

Image d’ouverture : © Patrick Bard