La semaine dernière, Brigitte Patient réalisait un petit tour de France des expositions photo. L’occasion parfaite pour redécouvrir le travail de certains maîtres.

À Nice, jusqu’au 21 janvier 2018, le musée de la Photographie Charles Nègre accueille une exposition de Jean-Michel Fauquet. En construisant des photos à partir d’objets simples, le photographe réalise des « visions qu’il essaye de faire advenir ». La galerie lyonnaise Le Bleu du ciel présente, quant à elle, Big Foot, le projet-pèlerinage de Guy Le Querrec autour des batailles opposant les indiens et les armées du gouvernement américain. Puis, Brigitte Patient nous emmène à Rouen, au Centre photographique Haute-Normandie. Là-bas, le public pourra découvrir jusqu’au 27 janvier le travail de Dana Lixenberg, Imperial Courts (1993-2015), présenté pour la première fois en France. Ce projet au long court documente les émeutes passées dans un quartier afro-américain de Los Angeles. Notons enfin les expositions de Jacques Henri Lartigue : Une invitation à Martine d’Astier à la galerie du Jour agnès b. à Paris, et La Vie en couleurs au centre d’Art Campredon à l’Isle-sur-la-Sorgue.

Florette. Piozzo, juillet 1959 © Jacques Henri Lartigue, Ministère de la Culture – France / AAJHL

Enfin, dernier arrêt, Paris. Un an après la disparition de « l’œil de Bamako », la Fondation Cartier pour l’art contemporain a décidé de rendre hommage à Malick Sidibé. Elle fut la première institution à l’avoir exposé hors du continent africain, en 1995. La rétrospective Mali Twist réunit quelque 250 photos, dont une grande partie est consacrée aux soirées bamakoises qui ont valu au photographe la réputation de « reporter de la jeunesse ». « Ses photos sont immortelles, fascinantes, certaines des icônes », rappelle justement Brigitte Patient. Une exposition à retrouver jusqu’au 25 février.

Regardez-moi !. 1962 © Malick Sidibé / Collection Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris