Pour sa 24e édition, Art Paris propose une nouvelle approche de l’art centrée sur les relations au monde du vivant à travers deux thématiques complémentaires associées à une démarche d’éco-conception de la foire. Un voyage dans la création, du 7 au 10 avril 2022 au Grand Palais Éphémère.

« Une nouvelle génération d’artistes, née avec la crise écologique, place les enjeux environnementaux au cœur de sa pratique. L’écologie n’est pas pour eux un sujet de travail, mais leur rapport au monde ». Les mots d’Alice Audouin, commissaire d’une des expositions présentées à l’occasion d’Art Paris, marquent bien l’ambition de cette édition de la foire d’art moderne et contemporain. Organisé autour de deux thématiques soucieuses du bien de la planète, Art Paris s’implique dans les préoccupations écologiques qui bousculent la société.

Il en va de même pour la création actuelle. Souvent sensible aux maux du monde, cette dernière s’engage ici dans une démarche responsable, par le message comme dans la façon de produire. Art Paris l’a bien compris et offre une vision lucide sur les questions environnementales. Avec son thème Un regard sur la scène française : histoires naturelles, Alfred Pacquement, commissaire d’exposition, livre son interprétation de la scène hexagonale à travers une sélection de 20 artistes de différentes générations qui portent dans leur travail une conscience de la nature, du végétal et de l’animal et comment celle-ci se trouve renouvelée dans l’esthétique contemporaine.

130 galeries, une vingtaine de pays

De son côté, Alice Audouin met en avant une sélection de dix-sept créateurs français et internationaux, parmi les galeries participantes, dont les pratiques s’emparent des enjeux environnementaux tels que la crise climatique ou la destruction de la biodiversité. Pour défendre ces propos, Art Paris a pris le parti de mettre en place une approche d’écoconception. Ce processus s’appuie sur l’analyse de « cycle de vie » (ACV), une méthode pour connaître l’impact environnemental de la foire. Une première dans le monde des salons d’art. Cette action pionnière bénéficie de l’aide de l’ADEME, l’Agence de la transition écologique, et vise à plus long terme au développement d’un outil pour ce type de manifestation.

Parallèlement à ces axes centraux, pas moins de dix-sept expositions personnelles seront proposées. Le public pourra ainsi découvrir les travaux d’Ernest Pignon-Ernest, d’Alina Frieske, ou encore de Tony Toscani (pour ne citer qu’eux). Habituée des médiums préférés des créateurs, la photographie tient sa place. C’est le cas dans les œuvres d’Alia Ali, Noémie Goudal, et Éric Poitevin et bien d’autres. Le 8e art montre, une fois de plus, qu’il sait se renouveler et accompagner les humeurs du temps. Soutenu par 130 galeries venues d’une vingtaine de pays, où des poids lourds du secteur se mêlent à des galeries d’auteur et des enseignes émergentes, Art Paris 2022 promet d’offrir un large éventail de l’imagination et des réalisations des artistes annoncés. Un rendez-vous à ne pas manquer pour renouer avec un domaine de la culture qui, à cause de la pandémie de COVID-19, tente toujours de se relever des privations des dernières années.

Art Paris

Grand Palais Éphémère

Champ de Mars, 75007 Paris

Du 7 au 10 avril 2022

© Alia Ali / Courtesy 193 Gallery