La Maison de la Photographie de Lille et Artpil se sont associés pour exposer 30 under 30 women photographers au festival des Transphotographiques. Un bel hommage à la jeune création féminine. Focus.

Projet fondé en 2010, 30 under 30 women photographers a été présenté pour la première fois au public en 2018, à la galerie Claude Samuel, dans le cadre de Paris Photo, puis à la Maison de la Photographie de Lille. L’édition 2019 s’intègre, jusqu’au 2 juin 2019, dans le festival des Transphotographiques. Un partenariat offrant une visibilité plus importante au projet. Son objectif ? Rendre hommage aux femmes photographes, et leur donner une place dans un monde artistique majoritairement masculin.

« Dans le 8e art, la place traditionnelle de la femme est devant l’objectif, déclare la photographe Natalie Dybisz, alias Miss Aniela. Elle y joue le rôle de « regardé », tandis que l’homme regarde. » En mêlant différentes approches du médium – de la mode à la street photography en passant par le photojournalisme – 30 under 30 women photographers donne à voir la complexité de la jeune création féminine. L’exposition présente des artistes défiant la tradition et créant leur propre représentation visuelle.

Réinventer le médium

Isabelle Ha Eav, photographe française diplômée de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles s’inspire de la littérature et de la philosophie pour réaliser des œuvres à la croisée des arts. En jouant avec les ombres, les corps et les mots, l’artiste construit un univers mystérieux et explore la notion de réalité. Ses modèles, souvent anonymes, ou dissimulés dans un paysage obscur, semblent représenter l’étrangeté de l’être humain. Les phrases qui remplissent leurs silhouettes se lisent alors comme des énigmes, tentant de donner du sens à notre existence.

Artiste d’origine polonaise, Maria Gawryluk a d’abord étudié la peinture à l’Académie des Beaux-Arts Jan Matejko. Passionnée par la photographie de mode, elle capture les instants « indésirables » des shootings, les détails rejetés par les mannequins durant les séances. En sublimant la maladresse du quotidien, la photographe présente une nouvelle image des femmes et de la beauté. Sublimés par des teintes picturales, ses clichés à la fois insolites et poétiques réinventent l’image de mode.

Née à Caracas, Fabiola Ferrero est photographe et journaliste. Engagée, elle s’attache à représenter les traumatismes collectifs vécus par les sociétés, notamment dans sa ville de naissance, l’une des métropoles les plus dangereuses au monde. Mélancoliques et poignantes, ses images donnent à voir la souffrance, la peur et l’espoir parfois faiblissant des peuples d’Amérique latine. Un travail d’une grande maturité sur la condition humaine, qui a séduit de grands journaux, comme le Times, le Wall Street Journal ou encore Le Monde.

Les trente femmes retenues par 30 under 30 women photographers illustrent l’incroyable énergie de la jeune photographie. En mélangeant différents procédés et esthétiques, ces artistes donnent un nouveau souffle à la création photographique.

© Kristina Syrchikova

© Alice Lisi

© à g. Alice Jacquemin, à d. Anne-Sophie Soudoplatoff

© Isabelle Ha Eav

© Fabiola Ferrero

© à g. Laura Lafon, à d. Iggy Smalls

© Evelyn Bencicova

© Maria Gawryluk