Cette année, le Festival Photo La Gacilly fête ses quinze ans. Pour cette nouvelle édition, il réaffirme son engagement autour des questions environnementales en proposant la thématique, « Empreinte(s) ». Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 mars 2018.

Depuis 15 ans, le Festival Photo La Gacilly a pour mission d’éveiller les consciences face aux enjeux du 21e siècle. Il défend les valeurs du développement durable et de la protection de l’environnement. Chaque année plus de 300 000 visiteurs déambulent dans les jardins du village à la découverte d’une trentaine d’expositions. En 2018, à l’occasion de son 15e anniversaire, le Festival réaffirme son soutien à la création photographique contemporaine, et à son engagement en faveur de la préservation de l’environnement.

En partenariat avec Fisheye Magazine, le Festival Photo La Gacilly invite à réfléchir sur la thématique « Empreinte(s) ». Un vaste sujet sur l’environnement et l’impact écologique de l’homme sur son territoire, sur la planète. Questionner les Empreinte(s) c’est aussi réfléchir à la place de la photographie comme média, un outil durable.

Comment participer ?

Pour concourir, il suffit d’envoyer une sélection de 10 à 20 photos à concours@festivalphoto-lagacilly.com sous la forme d’un seul fichier PDF avec le dossier de participation disponible ici : dossier de participation La Gacilly.

Trois photographes seront sélectionnés par un jury qui se tiendra fin mars. Il sera composé de membres de la rédaction Fisheye, de Cyril Drouhet, commissaire d’exposition, Florence Drouhet, directrice artistique et d’un photographe et parrain de la galerie émergente 2018.

Les récompenses

  • Editing et préparation de l’exposition au Festival Photo La Gacilly avec des membres du jury à Paris mi-avril.
  • Invitation au week-end d’inauguration du 1 au 3 juin : rencontres avec la presse et de nombreux professionnels de la photographie.
  • Rencontres individuelles avec des photographes exposés durant cette 15e édition.

Plus d’informations sur le site du festival.

© Manon Lanjouère

© Zhen Shi, lauréat 2017

© Teo Becher, lauréat 2017