Depuis son premier pas en 1965 sur le sol américain, tel Neil Armstrong posant le pied sur la lune, Jean-Pierre Laffont a marqué de son empreinte l’histoire de la photographie, se faisant le témoin d’une « Amérique tumultueuse ». Dans ses noirceurs – des gangs du Bronx aux camps du Ku Kux Klan  en Alabama – ou dans l’euphorie patriotique – à l’exemple de Cap-Kennedy, théâtre des conquêtes spatiales d’une jeune nation – le photo-reporter est toujours dans le rejet d’une compassion mal venue. Authentique pionnier du grand reportage made in USA, Jean-Pierre Laffont se met constamment en situation de ne jamais rien devoir  au hasard, à l’instar de cette image de la poignée de main désormais légendaire de Robert Kennedy.
Jean-Pierre Laffont tisse un rapport intimiste inédit avec tous ceux qui furent témoins et acteurs de cette Amérique telle qu’il l’a vécue « entre critique, affection et énorme reconnaissance ».

L’Arsenal