Avec sa série «To Face», Paola De Pietri aborde les stigmates de la Grande Guerre dans les régions des Alpes et du Carso. «Sur ces montagnes, où le temps humain s’est arrêté et où seul le rythme de la nature a imprimé sa trace, les paysages qui semblent naturels sont en fait le résultat de batailles livrées et de vies vécues tous les jours pendant des années par des centaines de milliers de soldats», nous dit cette photographe. Ces traces de combats et de peur sont figées dans le paysage malgré l’érosion du temps et la lente assimilation du patrimoine de guerre et du patrimoine naturel.

Le Château d’Eau