Miguel Rothschild développe une œuvre composite mêlant installation, sculpture, verre, matière organique et photographie. Si au début de sa pratique, la performance tient une place importante, il s’en éloigne au fil des années, pour aborder d’autres supports comme la photographie n’hésitant pas à la brûler ou à la trouer. À la Maison de l’Amérique latine, il déploie son installation chorale Spectre. Celle-ci décrit l’évolution d’un nuage de fumée grandissant, produit par un feu de forêt qui enveloppe la nature dans son néant blanc, de photographie en photographie, le cachant jusqu’à ce que plus rien ne soit visible. Le format des photographies exposées varie selon le développement du nuage de fumée. Miguel Rothschild compose ainsi une variation subtile de ce qui est détruit et ce qui est destructeur.

© Miguel Rothschild

Maison de l’Amérique latine –