« La « conquête de l’espace » à laquelle la rivalité des Russes et des Américains a donné une publicité considérable aura beaucoup marqué les artistes des années soixante que Patrick Tosani a attentivement regardé lorsqu’il était étudiant. Les images de la lune furent d’ailleurs utilisées sur les couvertures des numéros de la revue écologique militante Whole Earth Catalog, l’automne 1968, le printemps 1969 et de nouveau à l’automne 1970, tandis qu’au même moment le film de Kubrick, 2001 l’Odyssée de l’espace, sortait en salle […] Mais il ne s’agit nullement chez Patrick Tosani d’un désir de rejouer, à partir d’un simulacre, la fascination que toute une génération a pu éprouver alors. Son point de départ ce ne sont d’ailleurs pas les astres mais la terre elle-même […] Tout ici est artifice mais vous allez y croire, vous allez éprouver des sentiments qui vous semblent issus de votre expérience directe tout en sachant que c’est faux. Or la beauté de ce travail c’est que l’on rêve dans un monde de carton pâte ou plutôt dans un concentré photographique où il n’est question que de lumière de volumes et d’étendue. »

 

Extrait de Spationaute, 2017, Gilles A. Tiberghien

Galerie In Situ – 14 Boulevard de la Chapelle, 75018 Paris