Photographe documentaire, Alina Smutko traite dans son travail des conséquences de l’emprisonnement illégal de Tatars de Crimée par les forces russes depuis 2014. Dans New Hybrid Deportation, elle montre ces familles qui subissent l’absence d’un père, d’un frère, d’un proche, prisonnier politique des forces russes. Pour être suspecté de terrorisme et détenu, il suffit souvent d’avoir eu une conversation à la maison, dans sa cuisine, dans son garage, que même un musulman apolitique pourrait avoir : à propos du sens de la vie, à propos des rituels quotidiens… Des familles nombreuses se sont retrouvées seules face à une dure réalité ; la réalité de l’absence, la réalité de la discrimination qui pèse sur les proches d’un terroriste. Ce sujet, qu’Alina Smutko a couvert entre 2016 et 2019 (date à laquelle elle a définitivement été interdite de séjour en Crimée et en Russie), parle de ces personnes-là. Un événement à découvrir dès le 24 mai à 18h30, lors du vernissage. 

© Alina Smutko

Square Simon – 11150 Bram