Autour des deux séries les plus récentes de l’artiste, mais aussi de photographies des séries précédentes qui les annoncent, ce dernier appelle à l’éveil des sens à travers la contemplation d’éléments simples et universels : l’ombre, la lumière, la couleur, le bois, la pierre ou encore la poussière. Des photographies qui montrent tout, sauf l’essentiel qui reste opaque et caché. Martin d’Orgeval laisse ici planer le doute. Il invite à se rapprocher, à voir et à revoir. À propos de cette nouvelle série, l’artiste déclare : « Revoir parle de notre désir de toucher, notre désir de croire. »

Maison européenne de la Photographie