« Ce n’est pas en pleine lumière, c’est au bord de l’ombre que le rayon en se diffractant, nous confie ses secrets », Gaston Bachelard.

« On dit de certains peintres qu’ils peignent sur le motif. En plein air, au sein du paysage. Il est possible de tenir la comparaison et affirmer que Jonas Delhaye, photographie, lui, sur le motif. Longtemps, il a vécu dans un camion qui le faisait voyager et s’immerger dans un environnement qu’il observait pour mieux en récupérer les images latentes. Regarder le passage des saisons. Se rendre présent à la matière. Être attentif aux interstices d’un monde, en mouvement, et le faire sien. Si la photographie structure le squelette de ses créations, il faut plus volontiers parler du « photographique » et de l’élaboration de ses dispositifs d’enregistrement et de captation. L’artiste qui ne se dit pas photographe car il a peu le goût du cadrage ou des composantes techniques d’une belle image, envisage en effet sa pratique comme le produit d’un corps sensible qui capture la lumière. » Léa Chauvel-Lévy, critique d’art.

© Jonas Delhaye

Galerie Maubert – 20 rue Saint-Gilles, 75003 Paris