Le 6 août 1945 à 8h15 du matin, dans la ville d’Hiroshima (350 000 habitants) au Japon, la bombe atomique larguée par la forteresse volante Enola Gay explose à 580 mètres d’altitude. Le signal d’alerte n’a pas eu le temps de retentir, personne n’a pu se réfugier. L’explosion provoque un cyclone de chaleur et de radiations qui rase les maisons et bâtiments dans un rayon de trois kilomètres. La ville est détruite à 90%, 150 000 personnes périssent sur le coup ou dans les heures qui suivent.

Dix mille degrés sur la place de la Paix est une série de dessins réalisés par Éric Manigaud à partir de photographies longtemps interdites d’Hiroshima. Ce nouveau travail s’inscrit dans la démarche de l’artiste de s’intéresser à l’histoire du XXème siècle par le biais de documents politiques ayant subis la censure d’Etat et à travers le regard de ceux qui en ont été victimes.

© Cyrille Cauvet

Galerie Sator – 43 rue de la Commune de Paris, 93230 Romainville