C’est à une déambulation dans une installation immersive que David De Beyter invite le visiteur qui, au gré de son parcours, approche par fragments un univers où le son de la tôle froissée, le crépitement du feu, l’éclat des flammes ou encore le brouillage des écrans de fumée viennent interroger une certaine fascination pour la catastrophe et la destruction. Ce projet s’appuie sur le « Big Bangers », une pratique populaire de destruction de voitures mise en œuvre par des communautés que l’on retrouve dans le Nord de la France, en Belgique et au Royaume-Uni. Celle-ci consiste à provoquer des chocs violents de véhicules, de «good crash», dont l’unique gain/motivation serait le spectacle de la destruction et la contemplation de son résidu, l’épave, ou selon le terme des amateurs de cette communauté une «auto-sculpture». David De Beyter est un jeune artiste, dont la recherche, très informée par l’histoire de l’art, est centrée sur la question du paysage. Son approche, ses points de vue et la grande précision technique de ses photographies confèrent à ces réalités un caractère fantastique et énigmatique.

Centre Photographique d’Ile-de-France