Existe-t-il une façon « british » de photographier, comme il existe une façon anglaise de jouer au football ? s’interroge Michel Guerrin dans Le Monde, en 1996. Indéniablement, il semble se dessiner une tradition britannique de la photographie documentaire, née dans les années trente avec Bill Brandt, puis poursuivie dans les années soixante-dix et quatre-vingts par Chris Killip, Tom Wood, Paul Graham, tradition perpétuée aujourd’hui par une nouvelle génération de photographes comme Mark Neville, dont le travail se situe à l’intersection de l’anthropologie, du documentaire et de l’art.

Espace François Mitterrand