Fisheye Magazine

Fisheye Magazine Logo

Web

Dans la semaine de Fisheye : du 20 au 26 février

26 février 2017

Photo : Extrait de "Cut-up", © Machabaïd

Coups de cœur, actus, portfolios, concours... Voici un récapitulatif de ce que vous avez (peut-être) loupé cette semaine sur le site.

Coups de cœur

  • © Valentin Meaux

  • © Valentin Meaux

  • © Julien Hairault

    © Julien Hairault

  • © Julien Hairault

Instagram

La sélection #77. Vous êtes en manque d’inspiration ? Découvrez notre sélection hebdomadaire des comptes Instagram qui nous ont tapé dans l’œil !

© Maxime Imbert / Instagram

© Maxime Imbert / Instagram

Livre

Voyage aux îles Lofoten. Ce n’est pas tout à fait un « Portrait de villes », mais un portrait d’îles, auxquelles le studio be-poles consacre son premier ouvrage de l’année. Ce 31e opus de la collection nous embarque avec le photographe Jérôme Galland en plein cœur des îles Lofoten.

"A i Lofoten", "Portraits de villes", © Jérôme Galland, studio be-poles

« A i Lofoten », « Portraits de villes », © Jérôme Galland, studio be-poles

Actu

Dans le micro de Regardez Voir #6Artiste né en 1964 dans la province du Sichuan en Chine, Gao Bo vit et travaille à Pékin. Depuis plus de trente ans, il modèle son œuvre, aux frontières de la photographie, de l’installation et de la performance. Il était au micro de Brigitte Patient le 19 février dernier.

Offrande du mandala, 1995-2009 Ensemble de 1000 portraits de Tibétains Tirage au bromure d’argent émulsionné sur cailloux, village de Shangyuan, Pékin © © BoSTUDIO. Photo by Liu Yuan

Offrande du mandala, 1995-2009 Ensemble de 1000 portraits de Tibétains Tirage au bromure d’argent émulsionné sur cailloux, village de Shangyuan, Pékin © © BoSTUDIO. Photo by Liu Yuan

Portfolio

Cut-up. Ces fragments éclatés d’images dessinent une réalité décomposée puis reformée en un tout étrange et élégant. Machabaïd signe ici « Cut-up ». Inspiré par la méthode de Bryon Gysin et les expérimentations de William Burroughs, le photographe déploie une séquence rythmée par ces formats verticaux qui troublent la lecture. Le noir et blanc évoque le souvenir, l’idée d’une mémoire que le temps métamorphose. C’est un travail sombre et soigné; méticuleux, et terriblement poétique.

Extrait de "Cut-up", © Machabaïd

Extrait de « Cut-up », © Machabaïd