Fisheye Magazine

Fisheye Magazine Logo

Images

La mémoire de Fabrizio Albertini

15 mai 2017

Photo : Photo : Extrait de "Radici", © Fabrizio Albertini | Texte par : Emma Bubola

Le photographe italien Fabrizio Albertini, 33 ans, redécouvre avec la série "Radici" son passé silencieux, et nous le raconte en allégories. Des souvenirs qui sont la substance du présent, des formes qui luttent contre leur déformation, et une nature qui incarne cet effort.

« Radici (racines) est un voyage qui explore une relation ancestrale entre nature, formes et souvenirs. » Pour cette série Fabrizio est retourné sur son lieu d’origine : la Vallée Cannobina, dans le nord de l’Italie. « Je voulais travailler sur mon présent, et ce lieu était le meilleur point de départ » nous raconte-il, « les racines sont la vie des plantes, les racines ont une force extraordinaire. Les racines percent le sol, elles se frayent leur chemin dans la terre. La forme d’une racine est la synthèse entre la vie et cet effort. » La matière de « Radici » est diversifiée. Portraits, paysages, natures mortes et images d’archive composent un ensemble hétérogène. Le chemin que Fabrizio veut dessiner est délibérément symbolique : c’est l’acte de dépoussiérer la voie qui mène aux souvenirs.

© Fabrizio Albertini

© Fabrizio Albertini

Maintenir sa forme

Son travail métaphorique laisse la place à toute interprétation personnelle, et en même temps renvoie constamment à l’effort de racines, ce qu’il appelle « le conflit et la coexistence entre le maintien d’une forme et sa déformation ». Les personnages figurant dans la série incarnent aussi cette lutte: ils la portent sur la peau, dans leurs postures, et leurs regards.

Pour lui, ce retour aux mémoires n’est pas uniquement photographique, il revient sur les lieux intimes et physiques de son passé. Il redécouvre par exemple la maison de ses grands-parents « qui paraissait suspendue dans le temps. J’ai ressenti un besoin de revenir, de dépoussiérer ces  espaces. » Selon Fabrizio, la Vallée Cannobina est maintenant presque abandonnée, « morte ». Son travail dégage cependant une puissante pulsion vitale, comme la sève qui frémit sous la peau, dans le sous-sol.

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

  • © Fabrizio Albertini

En (sa)voir plus

→ Découvrez l’ensemble du travail de Fabrizio sur son site : www.fabrizioalbertini.com

→ Vous pouvez la suivre sur Instagram : @fabrizioalbertini