Fisheye Magazine

Fisheye Magazine Logo

Interview

Regards jumelés

29 mars 2017

Photo : © Susan Swihart | Propos recueillis par : Anaïs Viand

En 2012, la photographe américaine Susan Swihart démarre un travail au long cours, "About face", lorsqu'elle commence à photographier ses jumelles alors âgées de huit ans. Aujourd'hui, elles en ont 13. Sans jamais montrer leur visage, elle révèle leurs similitudes et leurs différences. Pour Fisheye, elle revient sur ce projet poétique et intime.

Fisheye : Comment t’es venue l’idée de photographier tes deux jumelles ? Quelle est l’histoire de cette série « About face » (Volte-face)?

Susan Swihart : Quand elles étaient plus petites, les gens avaient du mal à les distinguer. Quand vous avancez dans la vie en ressemblant à une autre personne, que vous êtes tout le temps avec cette personne, vous êtes soudé à elle si bien que les autres vous considèrent comme étant une entité unique. Les gens ne prenaient pas toujours le temps de regarder ce qui différenciait mes filles – contrairement à moi. Et c’était difficile pour elles. À travers ce travail, je désirais montrer à quel point elles étaient à la fois identiques, différentes, uniques et magnifiques.

Peux-tu expliquer le choix de ce titre, « About face » (ndlr, en français « volte-face ») ?

Le titre explique mon approche. Je voulais souligner leurs liens et leurs similitudes autant que leurs différences. Photographier leur visage était la démarche la plus évidente et celle empruntée par la plupart des personnes qui photographient des jumeaux. Mon objectif était de mettre en évidence le lien qui unie mes filles sans montrer leur visage; montrer, que leurs ressemblances ne tiennent pas seulement aux traits de leur visage.

Extrait de "About Face", © Susan Swihart

Extrait de « About Face », © Susan Swihart

Comment a évolué ton approche photographique depuis que tu es devenue mère ?

Je n’ai jamais vraiment été photographe avant d’avoir mes enfants. Ce n’est que lorsque j’ai senti que j’avais quelque chose à dire – en lien avec ma vie d’épouse et de mère – que j’ai commencé à faire des images, vraiment. Mon travail consiste à explorer les choses qui me tiennent à cœur depuis que j’ai eu ce nouveau rôle et que je suis devenue responsable de ces autres personnes. Mes autres explorations ? L’idée de soi, de qui je suis dans ce monde et ma famille bien sûr puisqu’ils sont tout pour moi. Il y a les souvenirs profonds que j’essaye de découvrir et qui m’apprennent qui je suis aussi. Et enfin, la connexion aux autres est essentielle dans mon approche photographique car c’est lorsque je me sens déconnectée que je suis le moins satisfaite.

Qu’as-tu appris sur tes filles en les photographiant ?

Je ne sais pas si j’ai vraiment découvert quelque chose de nouveau en les photographiant. En revanche, j’ai parfois été surprise par les photos : puisque je ne montre généralement pas leur visage, il y a des photos où il m’est parfois difficile de dire instantanément qui est qui.

En cinq ans, tes filles se sont toujours laissées photographier facilement ?

C’est devenu difficile de photographier mes filles lorsqu’elles ont commencé à entrer dans l’adolescence. Elles avaient de moins en moins envie d’être devant l’objectif. Elles ont néanmoins été ravies lorsque le projet a été montré et reconnu.

 

  • Extrait de

    Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

  • Extrait de "About Face", © Susan Swihart

Comment vous vous organisiez pendant les shootings ?

Elles étaient de véritables collaboratrices dans la réalisation de cette série. C’était l’occasion pour nous d’échanger sur ce qu’il se passait dans leur vie. Et puis c’est durant ces discussions qu’ont émergé les idées pour les shootings suivants : lieux, mises en scène etc. Elles sont maintenant habituées à mes fréquentes sollicitations.

S’agit-il d’un projet à long terme ? Comment vas-tu faire évoluer cette série ?

Oui, tout a fait. Je les photographie depuis qu’elles ont 8 ans, aujourd’hui, elles en ont 13. Je souhaiterais continuer à les photographier aussi longtemps que possible.

Peux-tu décrire cette série en trois mots ?

Connexion, identité, famille.

En (sa)voir plus

→ Découvrez l’intégralité du travail de Susan Swihart sur son site : www.susanswihart.com

→ Suivez-la sur Instagram : @susanswihart