Fisheye Magazine

Fisheye Magazine Logo

Non classé

Éléonore, photographe des odeurs

22 avril 2016

Photo : Extrait de "Anosmie" / © Éléonore de Bonneval

Du 14 mars au 2 juillet 2016, la photojournaliste Eléonore de Bonneval expose à l'Hôpital Nord Ouest de Villefranche-sur-Saône un travail qui fait la démonstration de l'impact de l'odorat sur notre quotidien.

Photographier des odeurs. Il y a dans ces mots un paradoxe formidable, car comment photographier ce que l’on ne voit pas ? Éléonore, 34 ans, a relevé ce défi il y a trois ans et demi, en se lançant dans un vaste projet autour de l’odorat. Aujourd’hui, elle expose Anosmie à l’Hôpital Nord Ouest de Villefrance-sur-Saône. Cette installation en deux parties est un concept tout aussi original que le sujet qui l’a fait naître.

Dans un premier temps, le visiteur expérimente une quinzaine d’odeurs choisies par la photographe et organisées en quatre thèmes : « Mémoire et émotions », « Goûts et saveurs », « Au grand air », « Vie sociale. » C’est le pôle des « diffuseurs à odeurs ». La seconde partie de l’exposition se déroule dans une verrière, conçue pour l’exposition, aux murs de laquelle sont accrochés neuf portraits en noir et blanc, chacun accompagné d’un texte. Ces visages, ce sont ceux d’inconnus qui souffrent en silence d’anosmie, un trouble de l’odorat qui se traduit par une perte totale ou partielle de la sensibilité aux odeurs. 5% de Français en souffrent.

  • Suite à une blessure grave à la tête, Duncan a perdu l'odorat. Plus rien n'est comme avant. Il se sent déconnecté du monde qui l'entoure. Il a le sentiment de vivre derrière des parois de verre, desquelles il est prisonnier depuis sept ans maintenant. / © Éléonore de Bonneval

  • En 2005, une infection des voies respiratoires supérieures a attaqué les nerfs olfactifs de Zoé. Elle prenait ses dîners à part, n’éprouvait plus de plaisir à cuisiner pour sa famille... Un fossé entre elle et ses proches a commencé à se créer. Comme si elle avait un vêtement en néoprène sur la peau, rien ne pouvait la toucher et elle n’avait aucun moyen de toucher quelqu’un d’autre. / © Éléonore de Bonneval

  • Depuis 6 ans, Debbie perd peu à peu son sens olfactif et assimile cela à un rideau qui tombe sur sa vie. Mais parfois une bouffée d’horribles produits chimiques lui monte au cerveau. C’est le résultat de sa phantosmie. C’est le fruit de son imagination, mais cette expérience est extrêmement désagréable et stressante. / © Éléonore de Bonneval

  • Souffrant d’anosmie congénitale, Mark n’a jamais pu sentir. Pour lui, le monde magique de l’odorat est une chimère. La corrélation entre les odeurs et les souvenirs d’enfance l’intrigue. En l’absence du sens olfactif, les portes vers le passé de Marc restent hermétiquement fermées. / © Éléonore de Bonneval

« Ne plus se sentir soi-même »

« On sent comme on respire. L’odorat est un sens très discret mais qui a une importance cruciale dans notre quotidien. Il faut le perdre pour en avoir conscience. » Éléonore parle en connaissance de cause. Avant de devenir photographe, elle était responsable marketing pour une marque de parfum.

C’est aussi une humaniste, qui a la curiosité des autres, passionnée par les histoires qu’ils ont a raconter. Pour Anosmie, elle est allée à la rencontre d’une vingtaine de personnes souffrant de ne plus sentir : « L’un d’entre eux m’a dit que le plus difficile, c’était de ne plus pouvoir se sentir. L’anosmie engendre un détachement physique par rapport à soi-même. » Un handicap qui est aussi social, comme le précise Éléonore : « Les personnes anosmiques se sentent déconnectées des autres » Une problématique qui, finalement, est au cœur de cette exposition qui est aussi participative. Par exemple, les visiteurs sont invités à écrire un souvenir lié à une odeur. Ses témoignages sont accrochés dans la première partie de l’exposition et font écho à la parole des neufs portraits de la verrière.

 

 

« L’anosmie est un mal dont on ne parle jamais. Aussi les anosmiques que j’ai rencontré se sont retrouvés dans l’exposition. » Anosmie est un projet qu’Éléonore entend bien développer : « En ce moment, je m’incruste chez des gens et je leur demande d’identifier les objets qu’ils sentent dans différentes pièces de leur maison [cf. photo d’illustration]. » Ce beau projet, ludique et sensible, se tiendra jusqu’au 2 juillet. C’est une expérience visuelle, olfactive et humaine à découvrir absolument.

En (sa)voir plus

→ Eléonore est aussi photoreporter. Découvrez l’ensemble de son travail sur son site : www.edebonneval.co.uk

→ Retrouvez-la aussi sur Instagram : @edebonneval

→ Et sur Twitter : @edebonneval