Fisheye Magazine

Fisheye Magazine Logo

Interview

Ya Tender : le corps sous toutes ses coutures

Basée à Hô-Chi-Minh-Ville, au Viêtnam, Ya Tender s'est lancée dans la photo il y a un tout petit peu plus d'un an. Pourtant ses autoportraits et ses explorations visuelles autour du corps révèlent une maîtrise surprenante. Mais aussi d'une belle fragilité, comme en témoigne sa série "Persona". Entretien.

Fisheye : Pourquoi es-tu devenue photographe ?

Ya Tender : Je suis devenue photographe parce que pour moi la photographie symbolise un vestige visuel de la communication humaine dans sa plus grande simplicité. À travers les images, je recherche un moyen qui pourrait expliquer ma relation avec le monde qui m’entoure.

Qu’est-ce qui t’inspire ?

Les films et la réalité.

En trois mots, comment définis-tu ton univers ?

Individuel, émotionnel, vulnérable.

Quelle est ton intention principale ?

J’essaye de trouver le langage des images dans lesquelles je peux révéler ma structure intérieure.

Quel est le propos de ta série Persona ?

C’est une approche expérimentale qui sert en même temps mon propre amusement. Cette série est venue au monde durant une phase de désespoir atrabilaire, pendant laquelle je n’arrivais plus à être en relation avec la beauté que je désirais. Puis un jour, j’ai décidé d’arrêter de broyer du noir, de me laisser porter et prendre des photos. J’ai endossé le rôle de photographe et de modèle, en composant mes propres photos et en posant instinctivement. Dans un sens, j’ai laissé émerger un autre « moi » : l’appareil m’a servi d’intermédiaire.

  • Extrait de "Persona" © Ya Tender

  • Extrait de "Persona" © Ya Tender

  • Extrait de "Persona" © Ya Tender

  • Extrait de "Persona" © Ya Tender

  • Extrait de "Persona" © Ya Tender

  • Extrait de "Persona" © Ya Tender

En regardant tes autoportraits, on ne saurait dire si l’image te libère ou te piège. Qu’en est-il ?

Il y a bien cette ambigüité dans mes images. C’est comme voir une hirondelle basculer sous les voûtes du ciel, toujours dans la même étendue solitaire : l’oiseau s’y vautre désespérément. Avec la photographie, je cherche ma propre liberté même si au final, c’est toujours moi dans le même monde représenté encore et encore. J’espère que les gens qui observent mes photos se retrouveront là-dedans.

Qu’est-ce qui te fascines dans le corps humain ?

Cette beauté inattendue qui parfois s’aligne nettement dans les détails physiques. Il y a quelque chose de magnifique et d’inattendu dans l’étrangeté du corps humain.

Quel message veux-tu faire passer avec la photographie ?

Chaque moment n’arrive qu’une seule fois dans une vie : gardons-les avec nos propres moyens.

© Ya Tender

© Ya Tender

© Ya Tender

© Ya Tender

© Ya Tender

© Ya Tender

© Ya Tender

© Ya Tender

© Ya Tender

© Ya Tender

Propos recueillis par Marie Moglia

En (sa)voir plus

→ Retrouvez Ya Tender sur Tumblr : ya-tender.tumblr.com

→ Suivez-là sur Instagram : @yaonthemoon

→ Et sur Flickr