Fisheye Magazine

Fisheye Magazine Logo

Web

#Thighreading

Un nouveau hashtag a fait son apparition sur Twitter: #Thighreading. Une nouvelle forme de mobilisation virale, qui vise à défendre et à affirmer en images une féminité décomplexée, assumée, affranchie des standards de beauté.

La moindre imperfection du corps photographiée, puis partagée en ligne: le hashtag #Thighreading (thigh signifie « cuisse ») surfe sur une tendance. Celle de la campagne virale qui a pour but de défendre une cause. Ici, c’est la féminité « au naturel », réaliste, qui est revendiquée. Encore une fois – car le concept n’est pas nouveau – il s’agit pour les internautes de s’opposer aux standards de beauté promus notamment par les publicités ou les magazines féminins.

 

#Thightreading a vu le jour le 20 juillet dernier, grâce à @princess_labia (voir ci-dessus). Au site Mashable, elle raconte comment ce hashtag lui est venu à l’esprit: « J’ai remarqué que les lignes de mes vergetures pouvaient raconter une histoire, tout autant que celles de mes paumes de main. » Dans la foulée, la jeune femme photographie les marques sur ses cuisses et partage l’image sur Twitter, sans se douter qu’elle serait suivie par plusieurs autres internautes.

« Avec ou sans écart entre les cuisses, avec ou sans cicatrices, avec ou sans vergetures, tout le monde est magnifique. »

 

« Fière de mes vergetures et de mes cicatrices. Mon corps est tout aussi beau que n’importe quel autre. »

@princess_labia a expliqué s’être sentie « émancipée » en publiant cette photographie finalement très intime. D’où l’engouement suscité par ce type de mouvements en ligne: se prendre en photo implique non seulement de maîtriser son image, mais aussi de s’y confronter. C’est une affirmation de soi, qui fonctionne d’autant plus lorsqu’elle est approuvée.

« Il n’est pas trop tard pour rejoindre [ce mouvement]? »

Grâce aux mots-clés, les réseaux sociaux sur lesquels l’image a une place importante (comme Twitter ou Instagram), génèrent facilement des prises de position. Ainsi le compte @loveyourlines (en français, « aimez vos lignes ») lancé il y a près d’un an compte aujourd’hui plus de 130 abonnés. La photographie sur ses réseaux est aux femmes ce que l’image de pub est aux mannequins. L’une s’ancre dans la réalité, l’autre dans le fantasme.

En (sa)voir plus

→ Retrouvez plus de tweets #Tightreading ICI

→ Retrouvez ICI la liste des actualités autour de la mobilisation des femmes sur les réseaux sociaux.