Fisheye Magazine

Fisheye Magazine Logo

Ailleurs

La jeunesse queer américaine s’expose

11 décembre 2014

À Fort Lauderdale en Floride, une exposition de M. Sharkey rend hommage aux jeunes queer.

Après avoir fait le tour du monde, avec des arrêts à Perpignan, Bruxelles, Toulouse, et plus récemment aux Rencontres d’Arles, l’exposition Queer Kids revient poser bagages aux Etats Unis. Ou plus exactement au Musée national Stonewall en Floride. Un choix qui n’est pas anodin, car il symbolise la genèse du projet, lorsque M. Sharkey décida, il y a un peu plus de huit ans, de documenter la jeunesse queer américaine.

Ce projet au long cours débute à un moment-clé de l’évolution des mentalités, alors que la « question queer » est de plus en plus médiatisée. Ce changement de regard a notamment été permis par la mobilisation importante de la jeunesse LGBT, dont M. Sharkey capture la vitalité.

Reprenant les codes du portrait traditionnel, ses photographies rendent justice à cette jeunesse qui a longtemps été stigmatisée, et lui permet d’acquérir dans l’espace public la place qui lui a longtemps été refusée. Le regard du photographe, toujours juste, jamais voyeur, nous révèle les ados dans leur quotidien ordinaire : pendant une retouche de gloss, à la maison avec leurs boyfriends, fumant une cigarette dans un parc…  L’exposition témoigne du simple bonheur de pouvoir s’afficher sans honte.

Aujourd’hui, cette jeunesse magnifiée par le photographe est fière, sûre d’elle. Mais cela ne fait pas de Queer Kids une exposition idéaliste. Même si les mentalités ont évoluées, certains adolescents subissent toujours le rejet et les insultes. « Je me fais parfois insulter de « gouine » ou de « sale homo » dans la rue » , rappelle Liz, quand DeMarques annonce gravement : « C’est triste à dire mais je pense que nous ne réussirons pas tant que nous n’accèderons pas au droit et au respect que nous méritons en tant que personne. Je ne pense pas que nous réussirons ce combat si nous n’unissons pas nos forces ». Espérons que l’expo contribue encore à faire changer les choses.