Fisheye Magazine

Fisheye Magazine Logo

Images

Les mères cachées des photos victoriennes

17 octobre 2014

Mais pourquoi y a-t-il un fantôme à fleurs derrière ces bébés qui prennent la pose ?

Votre appareil numérique est peut-être équipé d’un mode « Enfants », ce pré-réglage à vitesse élevée destiné à figer les mouvements incessants de ces chères têtes blondes. Et si photographier un chérubin à notre époque relève souvent de la croisade, imaginez l’épopée que cela représentait il y a 100 ans…

A la fin du XIXème siècle, se faire tirer le portrait était une expérience bien différente de ce que nous connaissons aujourd’hui. A l’heure où les classes moyennes découvrent cette pratique, le temps d’exposition est encore très long et poser est un jeu de patience.

Dans ces conditions, comment photographier un enfant et lui faire observer le calme nécessaire à la prise de vue ? L’astuce de l’époque est surprenante : elle consiste à cacher sous un drap les mères chargées de rassurer et maintenir les enfants en place.

Si l’astuce peut aujourd’hui nous paraitre un peu grossière voire carrément risible, elle révèle la façon radicalement différente d’appréhender la photo et la représentation pour l’observateur de l’époque. Et dans le cas où l’oeil contemporain discernerait tout de même la mère cachée, cet indice lui indiquerait que l’enfant est bien vivant, les portraits post-mortem étant également une pratique courante de cette époque où la mortalité infantile demeurait élevée.

Le résultat reste quand même un brin glauque à l’heure où Photoshop ne ferait qu’une bouchée de ces mamans non souhaitées dans le cadre…

Plus de mères cachées sur Flickr