Fisheye Magazine

Fisheye Magazine Logo

Non classé

IFA 2014 : les Smart Lenses sont-elles l’avenir de la photo ?

11 septembre 2014

Le QX1 © Sony 

Puisque tout le monde photographie avec son smartphone, les marques s’adaptent. Mais quand Sony nous sort non pas un, mais deux nouveaux objectifs sensés transformer votre téléphone en appareil photo, ne frise-t-on pas le ridicule ?

L’an dernier, Sony dévoilait une nouvelle façon de photographier avec son smartphone en y accolant une sorte de condensé d’appareil photo : la « Smart Lens ».

Un capteur, une optique mais aucun écran LCD pour la visée, telles étaient les caractéristiques du QX10 et du QX 100.

Cette année, à l’occasion de l’IFA à Berlin, le grand rendez-vous européen des nouvelles technologies qui s’est achevé hier, Sony a persisté dans cette voie en présentant ses QX1 et QX30.

 

Le Qx1 de Sony en main © Sony

Le QX1 de Sony en main © Sony

Le QX1 est tout simplement un mini appareil photo hybride. C’est la première Smart Lens à disposer d’un capteur APS-C de 20 Mpixels, compatible avec les objectifs E de la gamme Sony Alpha. On peut donc désormais changer l’optique de son smartphone et le transformer radicalement, quand on sait de quoi les capteurs Sony sont capables.

Le tout opère entre 100 et 16 000 ISO, peut enregistrer des vidéos en HDTV et est équipé d’un flash et d’interfaces Wi-Fi, NFC et USB 2.0.

QX1 © Sony

 

L’autre nouveauté, un peu moins radicale, c’est le QX30 qui offre un zoom 30x motorisé et surtout stabilisé, ce qui pourrait compenser le manque de précision de la prise en main.

On peut shooter en rafale jusqu’à 10 images par secondes et en continu. Si le QX1 sait enregistrer en RAW et en JPEG, le QX30 se contente du seul JPEG. Deuxième grosse différence, la batterie. Celle du QX1 lui autorise dans les 440 vues, alors que celle du QX30 lui confère une autonomie d’environ 200 vues.

QX 30 © Sony

QX30 © Sony

 

Faut-il voir là l’avenir de la photographie ? Ne nous emballons pas, il reste pas mal de choses à revoir avant d’en arriver là.

Certes, les «Smart Lenses» marquent un point côté logistique : moins difficile à transporter et puis on a plus volontiers sur soi un smartphone qu’un appareil photo.

C’est vrai aussi que l’aspect technique est plus simple, les réglages se faisant via le téléphone. Le budget est sans doute plus accessible pour le grand public (300 euros en boîtier nu pour le QX1, 450 euros avec le zoom 16-50 mm et 300 euros pour le QX30).

 

QX30 © Sony

QX30 © Sony

 

Il vous faudra tout de même une sacrée prise en main pour contrôler correctement les bagues de l’appareil, histoire d’appliquer le bon réglage. Et puis le smartphone, ce n’est pas connu pour être ce qu’il y a de mieux pour prendre appui. Même si ces « Smart Lenses » aident à faire des photos plus facilement, il n’est pas dit qu’elles permettent de faire de bonnes photos.